Formé en sciences administratives, passionné par les nouvelles technologies et les questions de sécurité, je travaille comme analyste dans le domaine de la cyber-sécurité au sein d’une entreprise de télécommunication. Engagé dans l’associatif et la politique locale depuis plus de 15 ans à Schaerbeek, je me suis investi en qualité d’administrateur dans la rénovation de la piscine du Neptunium ainsi que la création de nombreux équipements sportifs sur le territoire de la commune. Père de 2 petites filles et sensible à l’accueil des tout petits je suis également administrateur dans la structure communale en charge de l’enfance, de la parentalité et de la santé à Schaerbeek.

L’essentiel de mon parcours en quelques moments forts :                                                       

1961 – Mon père, Mohamed Bel Khatir quitte sa ville natale de Sidi Slimane au Maroc. Il arrive en Belgique en 1969.

1983 – L’année de ma naissance. Cela fait déjà 2 ans que mon père, avec l’aide précieuse de ma mère, tient le restaurant le « Chaud Soleil » à l’angle de l’avenue Voltaire et de la rue Metsijs.

Juillet 1991 – Décès de mon père lors d’un accident de la route durant les vacances d’été. J’ai 7 ans lorsque l’on m’explique que mon père n’est plus. Ce sera un événement clé de ma vie qui conditionnera mon évolution et mon tempérament sur bien des aspects. Cette épreuve m’apprendra à graduer les malheurs et à développer une précieuse capacité de résilience face aux épreuves.

Sans patrimoine ni revenus et refusant de tomber dans l’assistance publique, ma mère va dés lors s’atteler, seule, à élever ses quatre enfants. N’ayant jamais été à l’école, elle travaillera dur pour nous permettre d’y réussir.

Mai 1999 – L’équipe que je supporte, le Milan AC remporte le titre de champion d’Italie lors de la dernière journée du championnat avec l’aide du duo d’attaquants Georges Weah – Oliver Bierhoff. Grand moment de joie.

Juillet 1999 – A 16 ans, je deviens président du Conseil de Participation de la Maison des Jeunes André Vermeulen. Une maison de jeunes dont le bâtiment, prés de la place Pogge, abrite également une bibliothèque. Cette bibliothèque sera, grâce à ses 35.000 volumes, la chance de ma vie. J’y établirai ma « résidence secondaire » et reviendrai à la maison avec quatre, cinq…six livres tous les vendredis. Cette bibliothèque forgera ma culture, structurera mon intelligence et aiguisera ma compréhension du monde.

Guy Deneyer, le responsable de la bibliothèque, me parle des heures durant de politique et de l’histoire de Schaerbeek des quarante dernières années. C’est le déclic: je ferais de la politique, à Schaerbeek et pour Schaerbeek. Une vocation est née.

2003 – Je m’investis au sein du dynamique comité des jeunes du quartier « cage aux ours » et défends mon premier budget à la Fondation Roi Baudouin. Fondation qui accepte de nous accorder les moyens de mener une action propreté sur la place Verboekhoven.

2004 – Je me fait membre d’une section locale et découvre le militantisme politique. Je suis désigné par les militants au comité directeur de ma section et comme représentant dans deux associations para-communales.

J’organise les « Journées du Dialogue »; réunions publiques à thèmes (enseignement, sécurité, santé…) avec des professionnels de chaque secteur afin de cerner les réalités de leurs métiers et relayer leurs demandes.

Lors de la journée sans voiture, je trace avec l’aide des jeunes du quartier « Cage aux Ours » des lignes blanches fictives à la chaux au carrefour Voltaire-Metsijs, carrefour sujet à cet époque à de nombreux accidents. Quelques jours plus tard les pouvoirs publics s’exécutent et les lignes blanches sont tracées tout autour du carrefour.

Je marque mon unique but avec le Racing Schaerbeek en équipe réserve contre le FC Kosova. Joie indescriptible.

2005: Sous mon impulsion, et en collaboration avec l’échevin de la jeunesse Sait Köse, le projet d’un conseil consultatif de la jeunesse de Schaerbeek voit le jour.

2006 – Je lève le pied au niveau de mes activités politiques et associatives, me marie et entame, en parallèle à mon travail, des études supérieures.

Après un passage au sein de plusieurs entreprises, j’intègre un grand groupe basé à Schaerbeek: Proximus. J’y progresse et travaille au sein de différents équipes dans les quatre divisions du Groupe. Là, j’acquiers ce qu’il me manquait jusqu’alors: la maîtrise des langues, des compétences techniques et le souci du résultat concret. Un certain état d’esprit aussi. Je prends conscience que l’initiative individuelle, la matière grise et la créativité sont des éléments cruciaux pour la prospérité d’une société.

C’est aussi durant cette période-là que je comprends que l’intégrité, le sens du devoir et les compétences sont ce qu’il y a de plus important dans un engagement politique. Bien au-delà de toutes les intentions et discours creux.

Après cette prise de conscience, je décide que mon engagement politique sera radicalement différent. Je réalise que l’action politique digne de ce nom doit être guidée par deux constantes: simplifier la vie des gens et permettre la libération des énergies. Je réalise également que l’impact positif que je peux avoir sur mon environnement immédiat et mon entourage doivent êtres mes baromètres.

Décembre 2009 – Je fonde l’association ConnectAll. La synthèse entre mon engagement associatif et ma passion pour les nouvelles technologies. Par fidélité à mes principes et par souci de cohérence, je décide de refuser tout argent public. J’irai chercher mes locaux, mes moyens financiers et logistiques sans solliciter le contribuable. J’équipe un centre culturel du quartier pavillon d’une salle informatique et de logiciels d’apprentissage bureautiques dans le cadre du projet ICT Help piloté par ConnectAll. Toujours sans aucun financement ni aides publiques. Les moyens étant fournis par des entreprises privées de Schaerbeek.

Depuis 2012 – Je suis désigné par la Liste du Bourgmestre comme administrateur dans différentes structures communales (Neptunium, Sport 1030, Partenaire pour l’Enfance, la Parentalité et la Santé à Schaerbeek)